Patrimoine Mondial #14 : Les places de Nancy

Dans le cadre d’une série spécialement consacrée aux sites français reconnus au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, la rédaction de Welcome Camping vous propose de découvrir une à une les destinations françaises exceptionnelles, préservées en tant que patrimoine de l’humanité. Nous continuons cette série avec un site reconnu en 1983, les places de Nancy : La place Stanislas, de la Carrière et d’Alliance à Nancy.

Au coeur de l’Europe, dans le Grand-Est, l’histoire de France s’est souvent mêlée à celles d’autres pays européens. Les places Stanislas, de la Carrière et d’Alliance de Nancy sont les témoins d’une partie de ce riche passé. Elles forment un ensemble architectural urbain remarquable et représentatif de la période des Lumières. Les places de Nancy offrent “le témoignage le plus ancien et le plus typique de l’urbanisme du Siècle des Lumières, dans une ville moderne où un monarque éclairé réalisa un exceptionnel programme d’espaces et de bâtiments publics, démontrant qu’il était sensible aux besoins de la population”.

Un peu d’histoire

En 1737, les manoeuvres diplomatiques s’enchaînent pour accéder au pouvoir en Europe. L’ancien roi de Pologne Stanislas Leszczyński reçoit alors en viager de son gendre Louis XV, le duché de Lorraine. Il reviendra à la France à sa mort selon les conventions fixées avec les gouvernements de France et d’Autriche. Pour préparer les lorrains à devenir français, Stanislas promulgue les édits permettant la création d’un Conseil d’État et d’un Conseil des Finances et Commerce. Il inspire ainsi du système alors en vigueur en France. Si le duc de Lorraine est déchargé de l’administration, il oeuvrera néanmoins en tant que mécène du siècle des Lumières. Il confiera à Emmanuel Héré un vaste projet de construction. C’est ainsi que les trois places de Nancy seront restaurées, dans le but d’unir la ville vieille et la ville neuve en un seul et unique espace urbain.

Nancy, ville de patrimoine

La place Stanislas

D’architecture classique, la place Stanislas est entourée de l’Hotel de ville, des quatre pavillons abritant l’Opéra-théâtre, le Grand Hôtel de la Reine, le pavillon Jacquet et le musée des Beaux-Arts, ainsi que des Basses Faces qui ouvrent la perspective sur l’arc de triomphe. Six grilles monumentales en fer forgé rehaussées de feuilles d’or mises en place sous l’impulsion de Jean Lamour, ferment les espaces et confèrent à l’ensemble une touche rococo. De nombreux symboles de la royauté se cachent d’ailleurs sur ces grilles. Au centre de la place, la statue de Stanislas a été érigé en 1831 en remplacement de celle de Louis XV, que Stanislas avait installée en hommage à son gendre. Elle n’aura finalement pas résisté à la Révolution.

Place Stanislas

La place de la Carrière

Dans le prolongement de la place Stanislas, l’immense place de la Carrière était depuis le Moyen-Âge un lieu de tournois, de joutes et d’activités équestres. Au XVIIIème siècle, le Palais du Gouvernement, siège de l’Intendant de France y est édifié. L’architecte de Stanislas, Emmanuel Héré édifie quant-à-lui des hôtels particuliers et restaure les façades des bâtiments existants. Le terre plein central accueille alors quatre rangées d”arbres et des petites fontaines.

Place de la Carrière

La place d’Alliance

Bien plus petite et discrète que ses voisines, la place d’Alliance a été bâtie en ville-neuve sur le site de l’ancien potager du duc de Lorraine. La fontaine aux trois vieillards trône en son centre, non loin des tilleuls centenaires. Cette fontaine et le nom de cette place commémorent le traité d’alliance franco-autrichien de 1756.

Alliance

De nos jours, les places de Nancy suscitent l’émerveillement. Plus de 3 millions de visiteurs se sont rendus à Nancy en 2018, pour savourer la douceur de vivre et le dynamisme culturel et sportif de cette ville chargée d’histoire.

La rédaction

Crédit image éditoriale :
Grilles : Shutterstock-CC / Martyn Jandula

Lire aussi sur le même sujet :
Saisissez l’occasion de découvrir l’un des 45 sites français classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO