Patrimoine Mondial #12 : L’abbatiale de Saint-Savin sur Gartempe

Dans le cadre d’une série spécialement consacrée aux sites français reconnus au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, nous vous proposons de découvrir une à une les destinations françaises exceptionnelles, préservées en tant que patrimoine de l’humanité. Nous continuons cette série avec un site reconnu en 1983, l’abbatiale de Saint-Savin sur Gartempe.

Surnommée la “Sixtine romane”, l’abbaye de Saint-Savin située au bord de la Gartempe en Poitou-Charentes, est un chef d’oeuvre de la vallée des fresques. Ses plafonds décorés de très nombreuses peintures murales des XIème et XIIème siècles constituent le plus vaste ensemble de peintures romanes d’Europe. Elles sont par ailleurs dans un extraordinaire état de conservation. Les fresques de l’abbatiale de Saint-Savin sur Gartempe révèlent “l’art de représenter et de peindre dans la civilisation de l’Occident médiéval chrétien”. Elles sont également le témoin de “l’importance de l’image dans un édifice monastique, considéré à l’époque comme un lieu majeur de l’enseignement, reflet des modes de pensée du Moyen Âge”.

Une architecture particulière

L’abbatiale de Saint-Savin sur Gartempe possède toutes les caractéristiques d’une église romane. Elle surprend pourtant les visiteurs dès leur entrée en raison des volumes exceptionnels de cette église-halle. La présence des nefs latérales, le volume du choeur, la hauteur des plafonds, et les entrées de lumière rendues possibles par les baies en plein-cintres percées dans les murs, offrent une élévation et une luminosité peu communes dans les églises romanes. Une autre caractéristique de l’édifice est la présence d’une flèche gothique du XIVème siècle reconstruite au XIXème, et culminant à près de 80 mètres.

À l'intérieur de l'abbatiale de Saint-Savin sur Gartempe

Les bâtiments monastiques

Après les guerres de religions du XVIème siècle, l‘abbatiale de Saint-Savin sur Gartempe est intacte, mais les bâtiments conventuels sont en ruine. La sacristie, la salle capitulaire, le réfectoire, les cuisines, le dortoir et le logement de l’abbé seront reconstruits sous l’impulsion des moines bénédictins de la congrégation de Saint-Maur. Les pierres calcaires locales roses et beiges donneront à l’ensemble sa clarté et son élégance.

L’importance des décorations

À plus de 17 mètres du sol, 460 m2 de plafonds sont couverts de peintures romanes. Un véritable livre d’image de 168 mètres de long sur 2,5 mètres de haut, retraçant des scènes de biblique de la Genèse et de l’Exode. La création, la chute, les histoires d’Abel et Caïn, d’Hénoch, du déluge, de la tour de Babel, d’Abraham, Jacob, Joseph et Moïse ornent le plafond de l’abbatiale.

Emblématique plafonds peints de l'abbaye

Au XIXème siècle, ces oeuvres auraient bien pu disparaître.  En effet, le toit laissait ruisseler les eaux de pluies, et le maire décida de faire enduire les plafonds. C’est Prosper Mérimée, alors inspecteur des monuments historiques, qui sauvera les fresques en commandant des restaurations dès 1836. Il fera également classer l’édifice en tant que Monument historique en 1840.

Une crypte décorée

Un autre trésor de l’abbatiale de Saint-Savin sur Gartempe se trouve sous l’abside. Le plafond voutée en berceau surbaissé d’une petite crypte de 9 mètres par 5, est couvert de 45 mètres linéaires de magnifiques fresques remarquablement conservées, retraçant la vie et le martyr de Savin et Cyprien.

Saint-Savin aujourd’hui

Celle que l’on nomme désormais l’Audacieuse accueille de nombreux visiteurs chaque année. Célébrations, temps forts, visites libres, guidées ou théâtralisées mais aussi une riche programmation culturelle permettent aux visiteurs de découvrir la sérénité, la beauté et la richesse de ce lieu surprenant. N’attendez plus pour réserver votre visite et venir admirer les oeuvres majeures de l’abbaye de Saint-Savin sur Gartempe.

Abbatiale Saint-Savin sur Gartempe

La rédaction

Crédit images éditoriales : Shutterstock CC / Elena Dijour et Joaquin Ossorio Castillo

Lire aussi sur le même sujet :
Saisissez l’occasion de découvrir l’un des 45 sites français classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO