24 heures de VTT dans le jardin… Un défi un peu dingue !

Il y a quelque chose que l’on ne pourra pas reprocher à tous les sportifs du confinement, c’est leur créativité. En mal de grands espaces et de monotraces, Fabien Secondo le cycliste jurassien spécialiste du contre-la-montre et son acolyte Georges Chatelais se sont alors associés pour un relais hors-norme… 24 heures de VTT dans le jardin !

Fabien Secondo n’en est pas à son premier essai… Il y a 3 semaines, il s’était lancé le défi de tourner autour de la maison et de passer “la barrière symbolique” des 100 kilomètres parcourus… Après 6 heures, 25 minutes et 1285 tours de 78 mètres, le défi était remporté haut la main. Le sportif ne s’en cache pas, la dernière heure s’est jouée au mental… Il faut bien dire que le paysage était peu varié. La pelouse s’en souvient d’ailleurs ! “Après un hiver sans neige 😥 ce sera un été sans pelouse 🤦‍♂️😅 tout fout le camp 😅”, annonce Fabien sur Facebook. Ils étaient prêts pour envisager les 24 heures de VTT dans le jardin

Une idée un peu dingue

Et puis, cette idée en a très certainement appelé une autre, et c’est cette fois en compagnie d’un autre cycliste, Georges Chatelais, qu’un défi encore plus fou – mais tout aussi dévastateur pour la pelouse – a finalement été réalisé. Cette fois, l’objectif était de se relayer toutes les heures pendant 24 heures en tournant autour des maisons en VTT. Après 451,4 kilomètres parcourus en 24 heures, chacun des deux champions a donc pédalé 12 heures ! Un bon décrassage des mollets, malgré un dénivelé on ne peut plus raisonnable.

Une course exigeante

“Nous avons souffert des membres supérieurs… au point de ne même plus pouvoir fermer une fermeture éclair ou même remonter des chaussettes 😅 pas simple pour moi d’écrire cette publication même 7h après 😜…Nous gardons que du positif de cette expérience folle 😊 24h qui resteront gravées !”

Les initiatives des sportifs ne manquent pas sur les réseaux sociaux et nous inspirent à trouver le moyen de nous dépenser malgré le confinement. Ces athlètes confirment l’idée selon laquelle “Qui ne veut rien faire trouve une excuse” ! Même la pandémie de Covid-19, le confinement, la distanciation sociale et les mesures barrières n’auront pas raison de leur motivation et de leurs entraînements. De beaux exemples à suivre !

La rédaction