Vous êtes peut-être un écotouriste qui s’ignore…

Vous aimez les vacances reposantes ? La découverte des territoires sauvages et des cultures préservées vous intéresse ? Vous prenez plaisir à observer les espèces dans leur milieu naturel ? Et vous faites tout pour limiter votre impact sur la biodiversité ? Alors vous êtes très certainement un écotouriste…

Il y a une trentaine d’année, l’architecte mexicain Hector Ceballos-Lascuráin a défini ce qu’était un écotouriste. L’écotourisme se caractériserait par “les voyages et visites respectueux de l’environnement dans des zones naturelles relativement préservées”. Il permet “d’apprécier la nature et les cultures”. Il favorise également la conservation du site. L’écotourisme a par ailleurs “un impact socioéconomique bénéfique pour les populations locales”.

On appelle parfois l’écotourisme, le tourisme vert. Il est en effet centré sur la découverte et la préservation de la biodiversité, ainsi que sur l’écologie urbaine. Autrefois relativement marginale, la démarche éco-touristique est désormais une tendance. Elle correspond aux attentes d’un public de plus en plus sensibilisé aux problématiques environnementales. Préserver la nature, limiter son empreinte écologique… Ou encore vivre des instants précieux et authentiques, sont des expériences recherchées par nombre de vacanciers. Des dizaines d’offres se développent désormais. Contrairement au tourisme de masse, l’écotourisme privilégie la qualité des rencontres, des découvertes et des visites.

La conservation de la biodiversité

Les scientifiques estiment que nous vivons la “sixième extinction de masse”. La conservation des espèces végétales et animales est devenue particulièrement concrète pour les vacanciers. Les espèces symboliques telles que l’ours polaire, le panda ou la baleine ont ouvert la voie à la préservation d’autres espèces végétales et animales menacées. Dans chaque parc national ou régional, des volontaires informent les populations et les visiteurs de la fragilité des écosystèmes locaux. Les familles sont particulièrement impliquées. Elles contribuent aux efforts de préservation des milieux les plus fragiles.

Observation de la faune et de la flore

Le respect de la diversité culturelle

La protection de la nature n’est pas le seul axe important de l’écotourisme. Les écotouristes adoptent une approche responsable et respectueuse des cultures anciennes et actuelles. Le patrimoine historique, la diversité culturelle, ou encore la découverte de l’autre font partie de la démarche écotouristique. Une véritable invitation à la découverte !

Le développement durable

Un autre élément important est la recherche du développement durable. L’activité touristique doit bénéficier économiquement aux populations locales. Mais elle ne doit pas pour autant conduire à la dégradation du site. Il s’agit d’une recherche d’équilibre. Une part importante du revenu doit par ailleurs être consacrée à la gestion, la protection, la conservation et la surveillance du territoire.

Bouzigues

Les éco-hébergements

En auberges de jeunesse ou en écocampings certifiés par un écolabel, les possibilités se multiplient. Pour bénéficier d’un tel label, les structures s’engagent à préserver la faune et la flore. Elles privilégient l’économie locale. Pour finir, elles incitent les visiteurs à préserver l’environnement, et à s’intégrer dans son milieu naturel.

La rédaction