La route des Grandes Alpes, un tracé grand spectacle pour les motards

De Thonon-les-Bains à Nice, sur plus de 700 kilomètres, la Route des Grandes Alpes traverse les Alpes françaises du nord au sud.

Du lac Léman à la Méditerranée, la route des Grandes Alpes est l’un des road-trips les plus exceptionnels de France. Virages en épingle, cols mythiques et panoramas à couper le souffle attendent les amoureux de l’asphalte et de grand spectacle. Les motards y enchaînent les virages et longent les crêtes, à travers les parcs de la Vanoise, des Écrins, du Mercantour, des Bauges et du Queyras. Ils sillonnent également à travers les massifs du Chablais, du Beaufortain, de la Vanoise, des Cerces et de l’Ubaye. 17 000 mètres de dénivelé, 17 cols de montagne à franchir, dont 6 à plus de 2 000 mètres d’altitude. Une vertigineuse immersion en pleine nature entre ciel et terre…

Un tracé grand spectacle

En parcourant dans son intégralité la route des Grandes Alpes, les riders traversent des villes et des villages parmi les plus beaux des Alpes. Morzine, La Clusaz, Notre-Dame-de-Bellecombe, Bourg-Saint-Maurice, Modane, Briançon, Vars, Barcelonnette, Valberg, Saint-Martin-Vésubie ou encore Sospel sont des étapes incontournables du tracé. L’aventure s’achève ensuite le long de la Grande Bleue, à Menton et à Nice. Les fortifications de Vauban, les petites églises et chapelles romanes, ou encore les ponts historiques témoignent du passé historique de ce territoire parfois inhospitalier.

Col de l'Iseran

Col de l’Iseran

Une terre de rencontre

La route des Grandes Alpes permet également d’aller à la rencontre de ceux qui façonnent l’histoire de ces lieux. Les auberges, fermes, relais et campings sont autant de lieux de rencontres. Les produits de terroir et les spécialités enchantent les papilles des visiteurs. Les bergers, maraîchers et vendeurs ambulants croisés au détour d’un virage, ramènent les curieux à une époque révolue, et finalement pas si lointaine.

Un peu d’histoire

C’est François Arnaud en 1900, qui a le premier eu l’idée de cet itinéraire touristique. Son objectif était de développer “une route carrossable qui sera le passage favori, obligé presque, du grand tourisme et des colonies étrangères qui partagent leur séjour en France entre le littoral de la Méditerranée et la Savoie”. Le Touring club de France et la compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée commenceront alors à mettre en oeuvre ce projet à partir de 1909. Les deux guerres viendront ensuite compromettre le tracé et le développement touristique de la région.

Col d'Isoard

Col d’Isoard

En 1950, la route des Alpes primitive concurrencée par la nouvelle Route des Alpes située plus à l’Ouest et ouverte toute l’année, sera rebaptisée la Route des Grandes Alpes. À la fin du XXème siècle, les cyclistes, motocyclistes et automobilistes recommencent alors à emprunter cette route magnifique.

La route des Grandes Alpes aujourd’hui

Aujourd’hui, la route des Grandes Alpes est ouverte dans sa totalité de juin à octobre, sauf si l’enneigement des cols de la Cayolle, du Galibier et de l’Iseran ne le permet pas. Chaque année, la route est le théâtre de quelques étapes du Tour de France, parmi les plus redoutées. Vous envisagez un road-trip dans les Alpes ? Pour apprécier pleinement la nature préservée et le calme des lieux, privilégiez les mois de juin et septembre. Et pour vous convaincre de partir à la conquête des cols alpins, ne manquez pas cette vidéo de Check My Rides.

“Ce deuxième épisode correspond au tronçon officiel de la Route des Grandes Alpes. Des cols par dizaines, du plus connu (Galibier) au plus sauvage (Cayolle). Comme toujours, beaucoup de motos, de vélos, de camping-cars et de photographes sur le bords des routes !”

La rédaction

Crédit images éditoriales
Col d’Isoard : Shutterstock/Anton Havelaar
Col de l’Iseran : Shutterstock/Mor65_Mauro Piccardi

Lire aussi sur le même sujet :
Road-Trip à moto : Top 5 des plus beaux panoramas sur les routes viroleuses du sud de la France