Expédition Zéro, l’aventure zéro carbone, zéro matériel neuf et zéro déchet

Benjamin de Molliens est un sportif amateur engagé et conscient des enjeux du développement durable. Depuis quelques mois, il fait le récit sur Instagram de chaque expédition zéro. Une véritable bouffée d’optimisme particulièrement inspirante.

Tout à commencé en mai 2020 après le premier confinement, quand Benjamin de Molliens a eu l’idée de rejoindre sa petite-amie à l’aide de son vieux vélo réparé avec des pièces de seconde main. Un périple de 600 kilomètres entre Bretagne et Normandie, de Larmor-Plage à Dieppe. Tout au long des six journées d’effort et de déplacement neutre en carbone, Ben n’a jeté aucun déchet. Le projet Expédition Zéro, sans émission de carbone, sans matériel neuf et sans déchet, était né.

“Après presque 600km de coups de pédales, passage de la ligne d’arrivée à 13h aujourd’hui à Dieppe. De la sueur, quelques douleurs mais surtout beaucoup de bonheur entre Bretagne et Normandie.”

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Benjamin de Molliens (@ben_expedition_zero)

Porté par le succès de sa première expédition zéro, et conscient de l’impact positif de cette expédition sur sa communauté, Benjamin s’est lancé deux nouveaux défis. Une traversée des Alpes à pied, et la descente du Canal du midi en paddle !

La traversée des Alpes

Pour sa deuxième expédition zéro, Ben a tout simplement réalisé la grande traversée des Alpes à pied, de Saint-Gingolph à Menton, soit près de 600 kilomètres et 45 000 mètres de dénivelé positif à parcourir sur les mythiques GR5 et GR52, en moins d’un mois. Comme toujours, le sportif écolo a privilégié l’utilisation de matériel réparé, d’occasion, troqué ou prêté.

“Pour cette Expédition Zéro, j’étais déjà bien équipé car je pratique la randonnée depuis longtemps. J’ai quand même échangé un sac de couchage, acheté d’occasion un tee-shirt et des bâtons de marche. Je me suis mis à la couture, certes laborieusement, et j’ai récupéré un camping gaz rescapé de la traversée des Pyrénées du Padre.”

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Benjamin de Molliens (@ben_expedition_zero)

Difficile de suivre la deuxième règle d’or d’une expédition zéro lors d’un trek aussi long. Benjamin y est pourtant parvenu grâce à sa motivation sans faille, et ses petits sacs en tissus parfaits pour contenir, légumes, fruits secs, fromage et même les produits d’hygiène.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Benjamin de Molliens (@ben_expedition_zero)

Le canal du midi en paddle

La troisième expédition zéro a été placée sous le signe du zéro déchet. Après s’être procuré un paddle de seconde main auprès d’une association, Ben s’est élancé de Toulouse en direction de Sète, avec un équipement d’occasion, des provisions en vrac et toujours son bel enthousiasme. Il a parcouru les 252 kilomètres de canal et 63 écluses, en 10 nuits de bivouac. Et comme si le défi du zéro impact, zéro déchets, zéro matériel neuf ne suffisait pas, le sportif a ramassé les déchets flottants qu’il a rencontrés. Au total, il a rempli et vidé son bac de déchets une vingtaine de fois !

“Les emballages ont envahi notre quotidien… Fabriqués en plastique, papier, carton, aluminium, verre ou encore acier, ils nous permettent de transporter, protéger et surtout conserver nos aliments, produits d’entretien ou d’hygiène. Malheureusement leur temps d’usage est très court alors que leur impact sur l’environnement, lui, est très long… Leur recyclage est compliqué, peu rentable et imparfait. Ils finissent donc souvent enfouis, incinérés ou pire, dans la nature.”

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Benjamin de Molliens (@ben_expedition_zero)

Un bel exemple à suivre ! Benjamin a d’ailleurs fait des émules pendant le deuxième confinement en lançant le #NettoieTonKm. Sur Instagram, plus de 1200 personnes ont publié une photo sous ce hashtag. L’occasion de démontrer une fois de plus, que le changement commence par soi…

La rédaction