5 cols mythiques à grimper à vélo au moins une fois dans sa vie

Passionnés de vélo et de randonnées cyclistes ? Partez sans plus tarder à la découverte des plus impressionnants cols mythiques de France !

Nos cols de légende ont été maintes fois empruntés par les coureurs du Tour de France. Ils se démarquent par leur hauteur et les vues imprenables offertes aux grimpeurs et aux spectateurs. Certaines expériences à vélo sont uniques. Gravir l’un de ces cinq cols français, ou pourquoi pas les cinq constitue une consécration pour les cyclistes. À l’instar des sportifs instagrammeurs de notre sélection, laissez-vous tenter par l’ascension de l’un ces cols mythiques.

Le col du Tourmalet

Culminant à 2215 mètres d’altitude, le col du Tourmalet constitue l’ascension à vélo la plus élevée des Pyrénées. Surnommé le “mauvais détour”, il est le col plus emprunté au cours de l’histoire du Tour de France, avec 83 passages de la caravane. Pour le gravir, deux options s’offrent à vous. Par Barèges depuis Luz-Saint-Sauveur, pour une montée 18,8 kilomètres à 7,4 % de moyenne. Par la station de La Mongie depuis Sainte-Marie-de-Campan et ses 17,2 kilomètres à 7,4 %.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par К є ν ι И 🏊🏼🚴🏼🏃🏼 ® (@ironkern) le

Le col de l’Izoard

Situé dans le parc naturel du Queyras au coeur des Alpes du Sud, le col d’Izoard culmine à 2 360 mètres. Sa pente moyenne de 6,9 % et ses paysages rocailleux donnent l’impression aux coureurs de circuler sur une autre planète. La plupart des cyclistes empruntent le versant sud (15,9 km à 6,9 %), mais les plus aventureux peuvent prendre le versant nord depuis Briançon (19,2 km à 5,9 %).

Le col du Galibier

Culminant à  2642 mètres, le col du Galibier a de quoi impressionner. Il sépare le département de la Savoie du département des Hautes-Alpes. Ce célèbre parcours de France relie Saint-Michel-de-Maurienne via le col du Télégraphe, à Briançon et La Grave via le col du Lautaret. En tout, la remontée cycliste compte une soixantaine de passages. Elle fait partie des plus grandes ascensions classiques du Tour de France. En passant par le col du Télégraphe, vous parcourez un chemin de 34,9 km avec une pente moyenne de 5,5 %.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Joris (@nomadjoris) le

Le col de l’Iseran

Parmi les cols mythiques de France, le col de l’Iseran est le plus haut jamais emprunté par les coureurs du Tour de France . À 2 770 mètres, niché au beau milieu du parc national de la Vanoise, cette belle remontée cycliste propose deux ascensions impressionnantes, par son flanc nord depuis Bourg-Saint-Maurice (48 km à 4,1 %), ou par son versant sud depuis Bonneval-sur-Arc (13,4 km à 7,3 %). Une fois au sommet du col de l’Iseran, une récompense bien méritée attend les cycliste. La vue panoramique sur la crête des Leissières est majestueuse.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Valentina Corbella (@valecorbella) le

Le col d’Aspin

Le légendaire col d’Aspin culmine à 1 489 mètres d’altitude se situe dans les Pyrénées. C’est un classique du Tour de France, emprunté 70 fois par les coureurs depuis 1903. Pour atteindre le sommet de cette route de montagne, il faut compter 12 kilomètres à 6,7% de moyenne depuis Arreau (12 km à 6,7 %).

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Edu Garcia (@edugarciat) le

La rédaction